Mort de Jean-Pierre Marielle : Jean-Paul Belmondo est "effondré"

0
29

Avec le regretté Jean Rochefort et d’autres, Jean-Paul Belmondo et Jean-Pierre Marielle formaient la légendaire bande du conservatoire. Ils étaient amis depuis soixante ans. La mort de Marielle touche profondément Belmondo qui a fait parvenir quelques mots à Purepeople.

Nous venons d’apprendre la mort de Jean-Pierre Marielle, des suites d’une longue maladie selon sa famille, mercredi 24 avril 2019. C’est son épouse Agathe qui a annoncé la triste nouvelle de son décès à 87 ans. De nombreuses personnalités, pas seulement du septième art, ont fait part de leur tristesse. Jean-Paul Belmondo, lui, a perdu un grand ami. Son avocat Michel Godest a transmis à Purepeople quelques mots de Bébel dans un communiqué.

« Quel coup dur ! Je suis effondré ! On a beau s’y attendre, une nouvelle pareille est dure à encaisser ! Jean-Pierre, c’était plus qu’un ami. J’étais son ombre, il était la mienne. Nous avons fait les 400 coups ensemble ! Et la France perd un grand comédien, une forte personnalité sachant tout à la fois manier l’humour de façon redoutable et travailler avec le plus grand sérieux. Jean-Pierre, tu resteras toujours à mes côtés. »

Marielle et Belmondo se sont rencontrés au Conservatoire d’art dramatique de Paris au début des années 1950. Avec Claude Rich, Jean Rochefort, Michel Beaune, Bruno Cremer, Pierre Vernier mais aussi Annie Girardot, Françoise Fabian ou encore Jean-Pierre Mocky, ils formaient la bande du conservatoire, comme le rappelle le Huffington Post. Leur amitié a donné lieu un livre de Philippe Durant mais surtout à d’innombrables films.

Jean-Paul Belmondo et Jean-Pierre Marielle se sont donné la réplique dans Tendre Voyou et Échappement libre de Jean Becker, en 1966 et 1964, mais aussi dans Peau de banane de Marcel Ophüls, en 1963. Il y a eu Hold-Up d’Alexandre Arcady en 1985 où les deux copains faisaient face à la somptueuse Kim Cattral, future Samantha de Sex and The City. Ils jouaient aussi leur propre rôle dans Les Acteurs de Bertrand Blier en 2000.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here